Comment l'accord entre la Chine et l'Iran transforme la géopolitique

Par Scott RITTER - En 2004, le roi Abdallah II de Jordanie a inventé l'expression "croissant chiite". À l'époque, les États-Unis et leurs alliés arabes s'inquiétaient de l'influence croissante de l'Iran en Irak et de sa présence au Liban et en Afghanistan, et considéraient ce niveau d'engagement régional iranien comme malveillant.

Plus tard, le "croissant chiite" s'élargira lorsque l'Iran s'impliquera en Syrie en 2011 et au Yémen en 2015. Lorsque l'Arabie saoudite s'est efforcée de contenir l'influence iranienne, soit directement, soit en finançant ses propres groupes mandataires, le "croissant chiite" s'est transformé en "croissant du chaos".

 

Au cours des deux décennies qui ont suivi l'invention de ce terme, le "croissant chiite" est devenu le théâtre de nombreuses violences régionales, notamment les guerres menées par les États-Unis en Irak et en Afghanistan, la guerre civile syrienne, le conflit entre le Hezbollah et Israël et la guerre menée par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU) contre les Houthis soutenus par l'Iran au Yémen. Ces conflits sont apparus dans un contexte de détérioration des relations entre les États-Unis et l'Iran.

 

Iran - Arabie Saoudite les tensions

La rupture diplomatique de 2016 entre l'Arabie saoudite et l'Iran est intervenue dans un contexte de tensions déjà exacerbées entre les deux rivaux régionaux.

L'année précédente, l'Arabie saoudite avait déclenché une guerre contre son voisin, le Yémen, dont le ministre de la Défense saoudien de l'époque, Mohammed bin Salman (aujourd'hui prince héritier et premier ministre), espérait qu'elle établirait sa bonne foi en tant que commandant en temps de guerre et, par extension, en tant que futur roi.

La Russie était également entrée officiellement dans la guerre civile syrienne en 2015, s'alignant sur l'Iran pour soutenir le régime d'Assad. Les États-Unis consacraient principalement leurs ressources militaires à la lutte contre les groupes extrémistes sunnites tels que l'État islamique en Irak et en Syrie, ainsi que contre les talibans et Al-Qaïda en Afghanistan.

 

La Chine s'impose pour un nouvel ordre au Moyen-Orient

L'accord conclu entre l'Arabie saoudite et l'Iran sous l'égide de la Chine promet de transformer ce "croissant de chaos" en un "croissant de stabilité".

S'il est mis en œuvre avec succès, il pourrait ouvrir une nouvelle ère où la croissance économique l'emporterait sur la puissance militaire dans la définition du Moyen-Orient.

Si tout se passe bien, les élites politiques et économiques libanaises financées par l'Arabie saoudite pourraient désormais être habilitées à négocier la réconciliation nationale avec le Hezbollah, soutenu par l'Iran.

L'argent saoudien pourrait désormais servir à la reconstruction de la Syrie, avec laquelle les Émirats arabes unis ont déjà normalisé leurs relations. Au Yémen, la pression saoudienne et iranienne pourrait être exercée sur toutes les parties pour mettre fin aux combats.

En 2020, les États-Unis ont ajouté un autre facteur au mélange, en négociant les accords d'Abraham, qui visaient à normaliser les relations entre Israël et les États du Golfe et, par extension, à renforcer et à étendre une alliance anti-iranienne dans la région.

Bien qu'ils aient été négociés par l'administration de l'ancien président américain Donald Trump, les accords d'Abraham - qui ont normalisé les liens entre Israël et les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Maroc - sont restés un élément essentiel de la politique américaine au Moyen-Orient sous l'administration du président américain Joe Biden, y compris comme moyen d'aider à contenir l'Iran.

Mais alors qu'il y avait un espoir furtif que l'Arabie saoudite normalise également ses relations avec Israël pour contribuer à isoler et à neutraliser l'Iran, Israël se retrouve aujourd'hui plus isolé des États du Golfe, victime de sa propre politique de droite ciblant le peuple palestinien et, plus récemment, de l'habile diplomatie chinoise.

 

Les Brics : une alternative à l'Occident

Ce qui fait de la détente entre l'Arabie saoudite et l'Iran négociée par la Chine un changement encore plus tectonique, c'est la trajectoire générale de la géopolitique mondiale.

Alors qu'en 2016, la marée poussait contre l'Iran, elle pousse aujourd'hui davantage contre les États-Unis et l'Occident, qui cherchent à maintenir l'"ordre international fondé sur des règles", et vers des alignements alternatifs tels que les Brics.

La Chine est le "C" du groupe Brics, le nouveau forum économique mondial dont le PIB, ajusté à la parité du pouvoir d'achat, dépasse désormais celui du bloc économique G7 dominé par les États-Unis.

L'Iran a déjà présenté une demande d'adhésion à la Chine et aux autres nations des Brics (Brésil, Russie, Inde et Afrique du Sud), et l'Arabie saoudite a indiqué qu'elle ferait bientôt de même. D'autres pays, comme l'Argentine et l'Égypte, sont également sur les rangs.

La Chine fournissant des capitaux d'investissement générateurs d'infrastructures dans le cadre de son initiative "la Route de la Soie", la nouvelle détente irano-saoudienne pourrait évoluer vers une relation économique régionale qui supplanterait les relations de défense dirigées par les États-Unis, qui ont défini la politique du Moyen-Orient pendant des décennies.

Et si le président iranien Ebrahim Raisi donne suite à une invitation du roi Salman d'Arabie saoudite à se rendre dans le royaume, ce sont les États-Unis et Israël qui resteront à l'écart, observant une région qu'ils contrôlaient autrefois échapper à leur emprise.

 

Article publié dans Energy Intel par Scott RITTER, mars 2023

Scott Ritter est un ancien officier de renseignement du corps des Marines américains. Au cours de sa carrière de plus de 20 ans, il a notamment travaillé dans l'ex-Union soviétique à la mise en œuvre d'accords de contrôle des armements, a fait partie de l'état-major du général américain Norman Schwarzkopf pendant la guerre du Golfe et a ensuite été inspecteur en chef des armements pour les Nations unies en Irak de 1991 à 1998. L
es opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur.

En Ligne

Il y a 530 invités et aucun membre en ligne

Podcast

Notre Mission

Ne pas vous dire ce que vous devez penser, mais dire ce qui se passe dans les coulisses du Business des Energies.

Contact

2000Watts.org
Chatel-St-Denis, Suisse


Email:    LaurentH (at)2000Watts.org
  Pétrole Peak Oil
 Laurent Horvath
 2000Watts_org