AddThis Social Bookmark Button

Majors pétrolières: profits records mais production en baisse

Alors que le monde rêve de gaz de schiste pour éradiquer la menace du peak oil, les majors pétrolières font grise mine. Leurs chiffres de production de la saison 2012 ne sont pas très réjouissants. Bien qu’Exxon Mobil, BP, Shell et Chevron ont enregistré des profits réjouissants, grâce à un baril à 100$, la réalité de la production cache un malaise.

Ce recul concorde avec le dernier rapport de l’AIE qui souligne la diminution de production de nombreux pays producteurs importants ainsi que les informations de Jodi sur les exportations mondiales de pétrole. Regardons en détails les résultats de nos amis pétroliers:

Exxon Mobil

La production du géant américain Exxon Mobil Corp est passée de 2,3 millions de barils par jour en 2011 à 2,18 (- 5,5%). Selon Exxon, cette baisse n’est que de 1,6% si nous enlevons les quotas de l’OPEP et les diverses évolutions dans le secteur.

Exxon a vu son gaz naturel suivre la même tendance avec 6,4 % de baisse en tenant compte des gaz de schiste américains. Le big boss Rex Tilerson a ajouté qu’avec les gaz de schiste Exxon était en train de perdre sa chemise!

Cette remarque n’étonne personne proche du domaine tant les coûts du gaz de schistes semblent hors de proportion (pour l’instant).

Du côté des dépenses de capital et d'exploration Exxon a augmenté sa facture de 8,2 %, à 39,8 milliards de dollars en 2012.


Shell

Le récent vainqueur du Public Eye Award de Davos (Greenpeace) pour ses recherches de pétrole dans l’Arctique note une baisse de 2% de sa production et passe de 1,66 millions de barils par jour à 1,63. Pas étonnant de voir l’entreprise partir dans le froid des pôles pour trouver son or noir.

Les dépenses de capital de Shell ont touché 32,5 milliards en 2012 (+ 23,5 %).

 

BP

Après la catastrophe du Golfe du Mexique, BP semblait être sur une meilleure pente. Pas de bol, c’est une chute de plus de 8% de sa production  de 1,29 millions de barils par jour à 1,18. De plus, BP a dû freiner les dépenses de prospections pour payer la facture de DeepWater Horizon. Son big boss, Bob Dudley vient tout juste d’annoncer que la théorie du pic pétrolier est de moins en moins fondée. LOL.

Du côté des dépenses de capital et d'exploration, BP se présente avec une douloureuse de 23 milliards de dollars en 2012 (+ 29,3 % par rapport à 2011).


Chevron

Après avoir subit plusieurs revers aux USA et au Brésil, l’autre géant américain a baissé sa production de 1,85 millions de barils par jour à 1,76 (-4,6%).

Du côté des dépenses de capital et d'exploration, Chevron a augmenté sa part de 17,5 %, à 34,2 milliards de dollars en 2012.

 

Une dernière info, voici le tableau des exportations de pétrole par pays. Nous pouvons remarquer que la baisse est continue depuis 2006 malgré la remontée consécutive à la crise de 2008.



Sources : BP, Exxon, Matthieu Auzanneau, Oil Man et Jodi Database


Comprendre le Pétrole

AddThis Social Bookmark Button
Mieux Comprendre le Pétrole{ Dim lights }Par Thomas Veillet, MorningBull

Nucléaire: Hinkley Point

AddThis Social Bookmark Button
Décryptage de l'accord{ Dim lights }Par Laurent Horvath

Jeff Rubin: Globalisation

AddThis Social Bookmark Button
Quel est l'effet du baril à 100$ sur la Globalisation?{ Dim lights }3 Minutes pour Comprendre l'Energie

Peak oil et Politique

AddThis Social Bookmark Button
Interview Susan Krumdieck{Peak Oil Dim lights }3 Minutes pour Comprendre l'Energie