AddThis Social Bookmark Button

Energies et Economie: Revue Mondiale Mai 2012

Dans cette rétrospective mensuelle du pétrole et des énergies, vous retrouvez
- La course à l'Arctique
- L'Arabie Saoudite peine à augmenter sa production
- Le Japon achète du gaz
- 85/75$ pour les sables bitumineux et le gaz de schiste

Alors qu'en 2008, le pétrole avait passé de 147$ à 34$ en quelques mois, le baril vient de faire un plongeon de 20 dollars en quelques semaines pour arriver sous la barre des 100$. Sur le web, certains commentaires se moquent du peak oil alors que la baisse reflète la mauvaise situation financière de l'Europe et des USA.

OPEP

Les pays de l'OPEP ont extrait une quantité record de pétrole durant le mois d'avril 31,34 millions barils/jour alors qu'en mai, les 30,91 millions de barils/jour soulignent la forte demande mondiale.

 

Europe

La surproduction de raffinage européen atteint le million de barils par jour. Le groupe Suisse Pétroplus est l'une des victimes de cette surproduction et ses raffineries basées en Allemagne, Suisse, France et UK auront bien de la peine a rester en vie dans les années à venir.

 

Arctique

Shell espère pouvoir débuter des forages dans la mer du Beaufort (Alaska) durant cet été. De son côté, les Russes ont les mêmes projets pour les mêmes motifs et surtout avec l'Américain ExxonMobil qui a déclassé l'Anglais BP pour cette nouvelle course dans les banquises encore blanches.

Du coup, BP est en train de vendre au plus offrant ses parts du gâteau.

 

Canada

85 et 75. Ces chiffres ne sont pas les mensurations de la nouvelle première dame de France mais le prix en $ pour que l'extraction des sables bitumineux et du gaz de schiste soient financièrement rentable selon Real Cusson le Vice-président de Canadian Natural Resources. Les nouvelles technologies coûtent de plus en plus chers et influencent les prix sur les marchés.

 

Chine

La Chine a refusé de réduire ses importations de pétrole Iranien comme l'exige les USA. De son côté, la Grèce a demandé à pouvoir continuer de bénéficier de l'or noir iranien bon marché pour éviter de s'enfoncer encore plus dans la crise. Nous n'avons pas tous le même agenda.

La croissance économique chinoise devrait passer sous la barre des 8% au deuxième trimestre où l'on s'attendent à un taux de croissance de 7,9% sur un an entre avril et juin. Ce taux passerait pour la première fois depuis 2009 sous le seuil de 8%, un niveau considéré par beaucoup d'investisseurs comme le minimum de croissance nécessaire pour assurer un nombre suffisant de créations d'emplois. 8% de croissance! nous ne sommes pas tous égaux!

 

Ghana

Ce pays africain va certainement décider d'arrêter l'exportation de son pétrole pour satisfaire ses besoins internes. La tendance à vouloir garder son pétrole pour soi devient de plus en plus courante.

 

Syrie

Depuis septembre 2011, la Syrie, ou plutôt le président et sa famille, ont perdu 4 milliards de $ suite aux sanctions réalisées par la communauté internationale.

 

Maroc et Jordanie

Suite à la hausse des prix du barils, les deux pays ont décidé de réduire leurs subventions pour les carburants. Au Maroc la hausse est de 10% pour atteindre 1,2 Euro le litre d'essence. Dans ces deux pays (comme dans la majorité des pays asiatiques) les prix des carburants sont fixes et ne dépendent pas des cours. L'Etat finance la différence. Du coup, la Jordanie va pouvoir économiser 4 milliards de $ sur son budget.

 

Irak

Les exportations de l'Irak ont baissé de 2,2% en mai 2012 par rapport à avril à 2.452 millions de barils par jour. La demande intérieur est a cause de cette baisse. Les exportations de pétrole ont rapporté 8 milliards de $ en mai contre 8.8 milliards $ en avril 2012.

Les exportations de pétrole par l'Irak au mois d'avril 2012 se sont élevées à 2.508 millions de barils par jour, soit le plus haut niveau depuis 1989, rapporte le ministère irakien du Pétrole.

Les recettes générées par la vente de pétrole irakien se sont quant à elles chiffrées à 8,79 milliards de dollars, ce qui constitue un autre record. Le prix moyen d'un baril de pétrole a été de 116,8 dollars.

Cette augmentation des exportations s'est produite grâce notamment à la mise en œuvre de deux nouveaux terminaux dans le Golfe persique, dotés d'une capacité de transport moyenne de 900'000 barils de pétrole par jour.

 

Soudan Nord et Sud

Dans la guerre pétrolière que se livrent les deux Soudans (le Sud produit et le Nord contrôle le pipeline qui livre le précieux liquide à la Chine), les Nations Unies étalent leur incapacité à résoudre ce différent. Les braves fonctionnaires tentent de réconcilier des dirigeants en oubliant le pétrole dans l'équation.

Le Nord demande une taxe de 30$ par baril qui passe dans le précieux pipeline et le Sud offre généreusement 15 à 20$. Du coup, les armes parlent plus forts que la raison.

La Chine a toute les cartes en main pour résoudre le conflit à l'amiable. Le 28 avril, elle a offert 8 milliards de $ au Sud pour continuer la production. Un montant assez sympa sera proposé au Nord. Ensuite, les deux parties devront trouver un juste milieu pour satisfaire la consommation chinoise. Ben voilà un conflit bientôt réglé.

 

Libye

Le corps sans vie de Chokri Ghanem, ancien ministre libyen du pétrole, a été retrouvé dans le Danube le 29 avril.  Il s'était établi dans la capitale autrichienne où il travaillait comme consultant dans le secteur pétrolier. Chokri Ghanem, qui a également dirigé le gouvernement libyen de 2003 à 2006, était un proche du fils cadet de Mouammar Kadhafi, Seïf al- Islam, actuellement détenu en Libye.

De par ses fonctions dans le secteur pétrolier, il était susceptible de posséder des informations ultrasensibles, y compris sur les contrats pétroliers passés par l'ancien régime avec des gouvernements et des compagnies occidentaux. Il était l'une des voix de l'OPEP qui admettait les risques de peak oil.

 

Egypte

Les autorités égyptiennes ont annoncé, le 22 avril, avoir annulé l'accord avec la compagnie égyptienne qui exporte du gaz vers Israël. Ce contrat, négocié sous le régime d'Hosni Moubarak avec ses fils, était très critiqué en Egypte, le prix du gaz était notamment jugé trop bas et les pots de vin aux fils de Moubarak trop élevé.

Le gazoduc alimentant Israël avait été régulièrement visé par des attentats depuis le soulèvement qui a renversé Moubarak. Quarante-trois pour cent du gaz consommé en Israël provient d'Egypte. Israël compte sur les gisements de gaz proche des côtes de Chipre pour se refaire. Mais il va falloir attendre encore un peu de temps pour qu'il soit mis en service.

 

Iran

La production iranienne a atteint 3,13 millions barils/jour alors que la moyenne 2011 touchait les 3,6 mio. D'ici à la fin de l'année, l'Iran devrait réduire sa production de 850'000 barils/jour.

La Compagnie pétrolière nationale d'Iran (NIOC) affirme vouloir reprendre ses livraisons de brut vers la Grèce et l'Espagne à l'appel express de ces deux pays, rapporte mercredi l'agence ISNA, se référant à Mohsen Qamsari, directeur pour les affaires internationales de la NIOC.

L'Iran a besoin d'un baril à 117$ pour pouvoir soutenir son économie intérieure. La baisse du baril en-dessous de cette marque est une bonne nouvelle pour les USA qui tentent de renverser le Gouvernement actuel. De son côté, le budget de l'Arabie Saoudite exige un baril à 90$ au minimum. Va falloir trouver un compromis!


Arabie Saoudite

L'Arabie a pompé 9,8 millions de barils/jour en mai 2012 alors que la production avait atteint 10,1 millions barils/jour en avril.

Depuis des années, nos amis d'Arabie Saoudite ont lancé une campagne de public relations qui tente de faire croire au monde que le pays a encore un peu de réserve de production sous les pieds. Les croyances portent à 12,5 millions de barils par jour la capacité maximale du pays.  En réalité, on peu noter que les 12,5 millions de barils semblent un lointain mirage. Les presque 2 millions de barils/jour que l'Arabie a lancé sur les marchés, durant ces derniers mois, sont de moindre qualité. Il est difficile d'imaginer à quoi pourrait ressembler les 2 millions de barils supplémentaires.

 

3 Minutes pour Comprendre l'Energie: Susan Krumdieck:

Dim lights

Comprendre le Pétrole

AddThis Social Bookmark Button
Mieux Comprendre le Pétrole{ Dim lights }Par Thomas Veillet, MorningBull

Nucléaire: Hinkley Point

AddThis Social Bookmark Button
Décryptage de l'accord{ Dim lights }Par Laurent Horvath

Jeff Rubin: Globalisation

AddThis Social Bookmark Button
Quel est l'effet du baril à 100$ sur la Globalisation?{ Dim lights }3 Minutes pour Comprendre l'Energie

Peak oil et Politique

AddThis Social Bookmark Button
Interview Susan Krumdieck{Peak Oil Dim lights }3 Minutes pour Comprendre l'Energie