AddThis Social Bookmark Button

Energies, Economie, Pétrole et Peak Oil: Revue Mondiale Juillet 2019

Le 1er de chaque mois, retrouvez un tour du monde des Energies. A l'agenda:
- Monde: Les investissements dans les énergies renouvelables à la baisse
- Iran: L'Angleterre s'invite dans le bac à sable. 1-1 au niveau des tankers pétroliers
- France: Entre de Rugy, les centrales nucléaires et la sécheresse. Sacré mois!
- Suisse: A la traine dans le développement durable
- Chine: 11 nouvelles centrales à charbon en service dans les mois à venir
- USA: Le pétrole schiste serait-il en train de plafonner?
- Inde: Le pays va continuer à importer les diesels aux moteurs truqués
- Russie: Le pétrole frelaté russe plombe les exportations.

Un baril à 70$ pourrait être le juste prix tant pour l'Economie mondiale que pour les producteurs. Avec la décision de l'OPEP de maintenir  ses quotas et les tensions avec l'Iran et la pagaille dans le détroit d'Ormuz, on aurait pu imaginer une fluctuation à la hausse.

Que nenni! Certainement à cause de la chaleur, le baril a fait une sieste durant tout le mois.

 

Graphique du Mois
Evolution de la Production de pétrole de schiste: Bassin Permien, Texas


Augmentation de la production journalière 2013-2019 en milliers de barils
Le Bassin Permien est le plus grand gisement de schiste aux USA

 

Pétrole

La consommation pétrolière mondiale atteint le niveau record de 101 millions b/j. (+1,1 million b/j par rapport à 2018).

Pour les 9 mois à venir, l’IEA pense que les extractions pétrolières vont largement couvrir la demande. Les USA devraient extraire 2 millions de barils de plus. La demande va augmenter sous l’impulsion de la Chine, des USA et de l’Inde.

L’optimisme de l’Agence International de l’Energie est-elle justifiée ? Elle sera vérifiée d'ici à l'été prochain.

 

OPEP

Le cartel ainsi que la Russie (OPEP+) ont décidé de maintenir les quotas réduits actuels au moins jusqu’en mars 2020.

Un baril à 70$ pourrait contenter tant les producteurs que les consommateurs, mais la situation explosive entre les USA et l'Iran est à surveiller de très près.

L’OPEP pourrait encore diminuer ses extractions à 28 millions b/j (29,83 en juin) pour s’adapter au 2 millions b/j supplémentaires mis sur les marchés par le schiste US.

 

Planète

Juin 2019 aura été le mois le plus chaud depuis le relevé des mesures notamment avec des poussées de fièvre en Europe, Inde, Amérique du Nord ont fait exploser les records.

Nonobstant, le réchauffement climatique n’est pas encore assez virulent pour que des décisions solides soient prises par les gouvernements. Quand atteindrons-nous le seuil de douleur "de chaleur" qui enclenchera une réaction? Les hausses brutales nous approchent de plus en plus de cette réponse.

Entre janvier et juin 2019, les investissements dans les énergies renouvelables ont atteint 117,6 milliards $ dans le monde selon Bloomberg NEF. Par rapport à 2018, la baisse est de -14%, au plus bas depuis 2013.

Le mercure a dépassé les 32 degrés en Alaska alors que la température moyenne est normalement de 18,3 degrés. Du côté du pôle nord, dans la bien nommée ville d’Alert à 900 km du pôle, le mercure a atteint 21 degrés Celsius établissant un record absolu. En temps normal, la température moyenne est de 3,4 degrés avec des pointes à 6,1 degrés.

Les majors pétrolières européennes parlent de plus en plus publiquement de la relation entre les émissions de carbones du pétrole/gaz et le réchauffement climatique. Cependant, les indicateurs de la consommation d’énergie fossile restent à la forte hausse.

 

Economie

Les débats sur le réchauffement climatique et la croissance économique s’intensifient. Pour l’instant l’Economie et les grandes multinationales gardent le contrôle. Bruxelles propose de signer les traités du Mercosur avec l’Amérique Latine et le CETA avec le Canada. Il y a un certain paradoxe à promouvoir des échanges intercontinentaux tout en voulant maîtriser les émissions de gaz à effet de serre et en promouvant la consommation locale.

De son côté, Donald Trump campe sur la thématique de l’immigration pour remporter son deuxième mandat.

 

Dim lights
Les forces spéciales iraniennes saisissent le tanker pétrolier Stena Impero dans le Détroit d’Ormuz

 

Les pays phare du mois

Iran

L’ambiance entre Washington et Téhéran est toujours aussi guillerette. Les deux blocs s’affrontent à coups de buzz, de bluff, de tweets et de drones. L’Angleterre s’est également invité dans ce bac à sable car plus on est de fous, plus on rit.

A Gibraltar, Londres a saisi un tanker pétrolier iranien pour marquer le premier but: 1-0. L’égalisation à 1 partout est arrivée quelques jours plus tard avec la saisie un tanker anglais dans le détroit d’Ormuz. On peut soupçonner Jeremy Hunt, secrétaire d'Etat aux affaires étrangères et à la course contre Boris Johnson, de s'être lancé dans cette aventure iranienne pour augmenter son temps de passage sur les chaînes de TV et marquer une stature internationale. Pas de bol, il a perdu. Le nouveau premier ministre, Boris Johnson changera-t-il la donne?

Les sanctions américaines pèsent sur l’Economie iranienne. De là à dire qu’elles pourraient reconduire les deux pays autours d’une table, il y a encore un pas. Du côté des chiffres, l’inflation a grimpé à 37,6% en juin (26,9 en mars) avec un taux de chômage de 12,1% selon la National Council of Resistance of Iran.

La production pétrolière du pays est descendue à 2,22 millions b/j soit 1 million de moins qu’en 2018. Téhéran a décidé de ne plus donner ses statistiques pétrolières à l’OPEP.

La prime d'assurance pour faire naviguer un tanker via le détroit d'Ormuz a été multipliée par 10.

Pour enfoncer le clou, Washington fait le forcing afin de réduire à zéro les exportations pétrolières iraniennes même si la Chine continue d’importer entre 150 et 200'000 b/j. Les négociations actuelles avec Trump pourraient modifier cette donne.

Pour avancer les pions dans cette partie d’échec, l’Iran a décidé de dépasser les limites imposées dans l’accord sur le nucléaire. Dans ce contexte, le silence de l’Europe est assourdissant. Stratégiquement et géopolitiquement, le vieux continent est dépassé par la Russie, la Chine et les USA.

Au Brésil, 2 bateaux iraniens sont bloqués. Petrobras, le géant pétrolier national, refuse de livrer du carburant, eu égard aux sanctions américaines. Les deux bateaux apportaient des fertilisants et devaient repartir avec des céréales.

 

France

Le géant pétrolier Total devrait payer 30 fois plus d’impôts. En 2017, Total a payé seulement 31 millions $ d’impôts selon Attac.

Le gouvernement Macron a frappé très fort. Il va instaurer une taxe dissuasive de € 1,5 (un euro cinquante) sur les billets d’avion à destination de l’Europe et de € 3 sur les longues distances. Si la PDG d’AirFrance crie à l’infamie, dans les deux cas, on a de la peine à ne pas hurler de rire.

Bruno Lemaire, Ministre de l’Economie, demande un rapport sur la construction du premier EPR sur le sol français. La centrale nucléaire initiée en 2007, devait être mise en service en 2012 pour un coût de 3,3 milliards €. Aujourd’hui, les prévisions estiment une ouverture en 2022 pour une facture de 12 milliards €. Quoi qu’il arrive, le prix du kWh produit sera très largement supérieur aux tarifs en vigueur. La question est de savoir s’il ne vaut pas mieux immédiatement tirer la prise d’autant que la filière nucléaire française commerciale est dépassée par les russes et les chinois.

Le mardi 23 juillet aura été marqué par un alignement de planètes. Alors qu’une nouvelle vague de chaleur plombe la France, Greta Thunberg fut invitée à l’Assemblée Nationale, les élus votèrent pour l’acceptation du traité de libre-échange CETA avec le Canada. Schizophrénique le grand écart.  Lire la tribune de Nicolas Hulot sur le CETA.

Suites aux enquêtes de Mediapart.fr, le ministre de l’Energie et de la Transition Ecologique François de Rugy a démissionné. Celui qui aura confondu «servir» et «se servir» tire un maigre bilan de ses 10 mois de présence. Il a été remplacé par Elysabeth Borne, qui porte le doux surnom de «Burnout», relatif à ses talents pour pousser dans la dépression ses collaborateurs. Marier «burnout» et «durabilité» semble antinomique, mais laissons-nous surprendre.

Emmanuel Macron a accordé la Légion d'honneur à Corinne de Bilbao, directrice générale de General Electric France de 2016 à 2019. Une nomination qui n'est pas anodine quand on connaît les conditions de la vente d'Alstom à General Electric, que le Président Macron a acté. Cette année, le groupe américain a supprimé 1'000 emplois sur son site de Belfort alors qu'Emmanuel Macron annonçait, à l'époque, la création de 1'000 emplois.

Près de 6,5 millions de Français boivent de l’eau contaminée au tritium. Cette substance radioactive est rejetée par les centrales nucléaires et se retrouve dans les nappes phréatiques.

 

Chine

Le Gouvernement chinois a fixé son PIB à 6,2% au deuxième trimestre. Les dernières éditions publiées par Pékin flirtaient entre 6, et 6,5%. Avec la taille actuelle, il est évident que l’Economie Chinoise ne peut plus continuer à doubler son volume tous les 10 ans.

La Chine va inaugurer 6 nouvelles centrales à charbon et 5 l’année prochaine pour un total de 11 gigawatts GW. China Energy, qui produit 175 GW d’électricité, va remplacer ses petites centrales à charbon très polluantes par des grandes centrales polluantes.

Entre 2005 et 2014, les émissions de CO2 de la Chine ont augmenté de 53,5%.

Les ventes de voitures ont diminué de 14% depuis janvier. La première baisse depuis 30 ans. La diminution des subsides et la confiance des consommateurs sont passées par là.

La Chine est devenue le deuxième plus grand importateur de gaz liquide (LNG) devant la Corée du Sud et derrière le Japon.

Pékin a lancé son Nasdaq pour rivaliser avec Wall Street. "Star Market" sera à disposition des entreprises high tech chinoises et de Pékin pour contrer la Silicon Valey. Pour son premier jour de trading les actions des 25 compagnies de l’index ont gagné 140% !

Une explosion dans une usine à gaz a été reportée à Yima dans la province du Henan. La Chine est coutumière de ces accidents. En l’occurrence, 15 morts et 15 blessés sont dénombrés.

 

Dim lights
Les premières images de l’explosion d’une usine de gazéification

 

Les Amériques

USA

Les Etats-Unis et la Chine continuent leur longue ballade le long de la rivière «guerre commerciale.» Trump a brandi une nouvelle vague de taxes sur 325 milliards $ de produits. A ce tarif, il va bientôt arriver à court de produits.

La ville de New York a subi deux pannes d’électricité consécutives. La première a touché 73'000 personnes pendant un peu plus de 4 heures dans le centre de Manhattan. L’incident serait passé inaperçu si il ne s’était déroulé dans le centre touristique de Times Square, Broadway et le Madison Square Garden où se produisait Jennifer Lopez. A travers tous les USA, l’infrastructure électrique vieillissante a de la peine à supporter les nouvelles charges.

La deuxième panne s’est déroulée après un weekend particulière chaud où les installations électriques, notamment la climatisation, ont poussé les capacités au-delà des limites.

Le républicain Donald Trump se positionne de manière magistrale dans la course à sa réélection et les sondages lui donnent raison. Il surfe sur une vague créée par quatre jeunes élues démocrates d’extrême gauche qui rivalisent d’idées pour pousser les électeurs à voter pour le camp adverse. Cet épisode n’est pas sans rappeler la campagne de 2012. A l’époque, le parti Républicain fut bousculé par l’extrême droite du Tea Party de l’inoubliable Sarah Palin. Cette incursion avait offert la victoire à Barak Obama. (Lire Thomas Friedman dans le New York Times, en anglais)

Le fond d’investissement Vanguard propose dans ses brochures des investissements sans pétrole, charbon, gaz qui nuisent à l’environnement. (presque un copier/coller de la brochure de la Banque Nationale Suisse). En fait, le fond s’est fait attraper la main dans le sac avec des actions pétrolières comme dans Schlumberger ou Marathon Petroleum.

Aux USA, 68'800 chargeurs électriques rapides sont à disposition dont 10'860 en recharge super rapide.

 

Schiste USA

En comparaison mois/mois, avril 2019 la production pétrolière a augmenté de 1,6 million b/j. Pour les mois d’Août 2017/2018, l’augmentation était de 2,1 millions b/j. (graphique ci-dessous)

Deux facteurs peuvent expliquer ce tassement :
A) le niveau total d’extractions tend à toucher un plateau 
B) les investisseurs exigent des bénéfices. Pour l’instant, plus personne n’ose s’aventurer à prévoir un déclin du schiste américain ou mondial d’autant que la Russie ne s’est pas encore dirigée sur ce terrain.

Pour les USA, le schiste est porté par le Bassin Permien. Dans cette région, les petits producteurs pétroliers peinent à atteindre un retour sur investissement alors que les investisseurs serrent les cordons de la bourse. Les majors comme Chevron ou Exxon semblent seules à pouvoir relever le défi sans toutefois être capable d’atteindre un seuil de rentabilité.

 


Croissance de l'extraction pétrolière américaine d'une année à l'autre

 

Venezuela

L’extraction pétrolière s’est stabilisée vers les 700'000 b/j alors qu’elle atteignait le double l’année dernière selon S&P Global Platts.

Washington a bien resserré ses sanctions, mais préfère garder un socle de production au lieu de l’étouffer totalement. Ainsi certaines entreprises américaines comme Chevron, Weatherford, Schlumberger ou Baker Hughes bénéficient d’un passe-droit. Les objectifs sont de garder l’industrie à flot et de maintenir une présence américaine au cas où le nouveau gouvernement de Juan Guiado prendrait le relais.

Les nouvelles coupures d’électricité du début juillet ont paralysé les opérations des raffineries d’Amuay (635'000 b/j) et de Cardon (305'000 b/j). Les deux raffineries représentent le 70% des capacités du pays.

Le Président officiel Nicolas Maduro et le Président élu par Donald Trump, Juan Guaido tentent de trouver une solution à la crise politique actuelle. Les pénuries d’essence, d’électricité, de médicaments, d’entrées de devises ainsi que du blocus imposés par les Etats-unis pèsent sur la population. Arrivant comme la grêle après les vendanges, l’Europe propose d’augmenter ses sanctions contre le président Maduro.

 

Argentine

Les raffineries ont augmenté leur productivité à 78,3% grâce aux livraisons de pétrole de schiste de la Vaca Muerta dans la région du Neuquen (Mendoza). La production pétrolière est passée de 485 à 505'000 b/j durant les 12 derniers mois.

 


Dessin Chappatte pour le Canard Enchainé

 

Europe

Russie

Les exportations pétrolières russes n’ont jamais été aussi basses depuis 3 ans. Les problèmes de la contamination du pipeline Druzhba de Transneft ne sont toujours pas réglés.

Débutée en avril, cette contamination bloque les transports pétroliers en direction de l’Europe. Le pétrole frelaté abîme les installations de raffinage.

Les deux géants Rosneft et Transneft se renvoient la balle. Transneft transporte le 83% du pétrole Russe à travers son réseau et Rosneft produit le 40% du pétrole Russe. Il n’est pas illusoire de penser que les deux directeurs ne vont pas partir en vacances ensemble.

De son côté, Lukoil le no 2 Russe, évite ce problème en expédiant son pétrole par tankers.

La centrale nucléaire de Kalinine, à 300 km de Moscou, a dû arrêter 3 réacteurs après une panne d’électricité. Un court-circuit dans l’un des transformateurs a déconnecté les réacteurs 1, 2 et 4 selon Rosenergoatom. Le réacteur 4 a été remis en service alors que les deux premiers restaient à l’arrêt jusqu’à la découverte des causes de l’incident.

Allemagne

Le PDG de Lufthansa, Carsten Spohr, aimerait interdire les billets d’avion inférieurs à 10€. Son intention ne se base pas sur des considérations climatiques, mais les compagnies à bas prix lui font trop de concurrence. Les nombres de vols de Lufthansa continuent d’augmenter. Le CEO ne perçoit pas d’effet Greta Thunberg et une diminution de la demande.

La production éolienne de la Mer du Nord, entre janvier et juin, a totalisé 9,51 térawatts/heure (TWh) soit +16% par rapport à 2018.

VW voudrait acheter pour 50 milliards € de batteries pour ses futures voitures électriques. Nothvolt, Suède, SKI, LG Chem et Samsung SDI, Corée du Sud et le chinois CATL sont pressentis.

Hollande

Le fond Sarrasin & Partners a vendu 20% de ses 1,3 millions d’actions dans le géant pétrolier Shell. Le 80% restant est en attente (40 millions $). Le fond pense que Shell ne respecte pas les objectifs de Paris.

Shell va investir 30 milliards $ pour l’exploitation et l’exploration pétrolière et gazière. La capitalisation boursière de Shell se monte à 300 milliards $.

Shell est déçue de la décision de Sarrasin mais souligne que sa stratégie a reçu de très forts supports d’une grande partie de ses investisseurs.

 

Suisse

Quand on pense à la Suisse, la perception imagine un pays à la pointe de l’efficience énergétique et du développement durable. Cependant la phrase de Greta Thunberg raisonne particulièrement bien pour l'Helvétie: "je crois que le plus grand danger n'est pas notre inaction. Le vrai danger est quand les entreprises et les politiciens font croire que des actions sont menées alors que rien n'est fait."

Ainsi, les rejets de CO2 liés aux carburants ne baissent pas et stagnent à 3,3% au-dessus de leur niveau de 1990. Mazout de chauffage, gaz et carburants restent en force alors que du côté du solaire et de l’éolien la Suisse pointe à la 25ème place sur 28 en Europe selon la Swiss Energy Foundation.

Au niveau mondial, la Suisse est le pays qui empêche plus que tout autre le développement durable dans le monde. Selon cette analyse de 160 pays, la Suisse est celui qui vit le plus sur le dos des autres selon la fondation allemande Bertelsmann.


Pour la 3ème année consécutive, les émissions de CO2 des voitures neuves grimpent. En Suisse, le prestige d’une 4x4 ou d’une puissante cylindrée prime sur le climat. En 2018, la moyenne des émissions des nouvelles voitures a atteint 13,78 kg de CO2 pour 100 km. L’objectif de 9,5 kg pour l’année prochaine ne sera pas respecté.

Pour se faire, la Confédération a pris des mesures drastiques face aux importateurs. En moyenne, ils ont dû payer une amende de 0,2% de leur chiffre d’affaires pour une facture totale de 30 millions. Il n’y a aucun doute à avoir: une taxe de Frs 80.—pour une voiture à 40'000, dissuade l’effet dissuasif. On peut même se demander qui a eu le courage politique de proposer un montant aussi ridicule?

Deux cents citoyens, défenseurs du climat, ont bloqué les entrées des banques Crédit Suisse à Zurich et UBS à Bâle. Ils ont demandé à ces deux grandes banques l’arrêt du financement de centrales à charbon, du pétrole et du gaz. La place financière Suisse (UBS, Crédit Suisse, Banque Nationale Suisse) sont des investisseurs de poids dans les énergies fossiles. 83 personnes ont été arrêtées et détenues jusqu’à 48h ! Cerise sur le gâteau, elles ont toutes été forcées, même les mineurs, de donner leur ADN alors que la législation l’interdit.
Twitter : @climategames_ch

Un collectif d’avocats, dont deux anciens bâtonniers vont défendre les activistes qui ont participé à l’Action Roger Federer qui pointait du doigt les investissements du Crédit Suisse.
"Qui mérite réellement d’être condamné ? Des jeunes qui défendent leur planète ou une banque qui contribue à la détruire ?" demande Me Irène Wettstein

 

Les 10 pays qui empêchent le plus le développement durable dans le monde

 

 

Asie

Inde

L’américain Westinghouse continue ses discussions avec l’Inde pour l’installation de 6 centrales nucléaires.

L’électricité est à 75% générée par le charbon. La demande pourrait doubler dans la prochaine décennie et l’utilisation d’énergies renouvelables comme le solaire doivent encore faire un bout du chemin. Par contre, le charbon restera de loin la matière première la plus utilisée.

Le gouvernement ne va pas interdire les voitures à diesel car les besoins en carburants ne cessent d’augmenter dans le pays. Aucun mot n’a été mentionné sur la qualité de l’air. L’Inde est l’un des pays de destination des voitures diesels dont les moteurs ont été truqués et interdits en Europe où aux USA.

 

 


Dessin Chappatte

 

Moyen Orient

Arabie Saoudite

Les quotas de l’OPEP autoriseraient une extraction de 10,31 millions b/j mais Riyad reste sous les 10 millions. Durant les mois chauds d’été, le pays consomme une énorme partie de son pétrole pour se refroidir. Seuls 7 millions b/j ont été exportés.

Saudi Aramco, le géant pétrolier national, va investir 18 milliards $ pour ses gisements de Berri et Marjan avec l’objectif d’extraire quotidiennement 550'000 b/j de pétrole et 70 millions m3 de gaz soit 250 millions de kg de CO2 par jour. La capacité pétrolière maximale d’Aramco semble toucher 12 millions b/j.

Le Prince MbS Mohammed bin Salman veut débuter l’IPO de 5% d’Aramco d’ici à 2020 avec une levée de fonds de 10 milliards $.

 

Irak

En juillet, les exportations se stabilisent à 3,42 millions b/j et une production de 4,6. Bagdad espère pouvoir élever sa production à plus de 6 millions de barils par jour d’ici à une année et 9 millions à la fin 2023. Le gouvernement l’a fait savoir aux entreprises pétrolières étrangères sous peine de revisiter les accords.

La question de savoir si ces ambitions sont réalisables trouvera sa réponse dans les années à venir.

Le pays se soucie de l’ouverture du Détroit d’Hormuz ou transite la quasi-totalité de son pétrole. Comme les pétrodollars représentent 89% des revenus du pays, on peut comprendre ce pincement au cœur.

Dans le sud du pays, à Bassora, les températures flirtent avec l’invivable d’autant que les pénuries d’électricité n’arrangent rien. L’Irak ne peut plus importer de l’Iran l’électricité ou le gaz nécessaires à rendre la région vivable.

 

 


Dessin Chappatte

 

Afrique

Libye

Les revenus pétroliers sont à la baisse à 10,2 milliards $ entre janvier et juin (-11,2%). Le pétrole représente le 92,8% du budget du pays.

Des missiles américains vendus à la France ont été cédés aux troupes du Général Haftar, l’homme fort du pays. Paris arme en cachette, en violation de l’embargo des Nations Unies, les troupes rebelles.

 

 

 

Phrases du mois

L’accord du Mercosur « Cet accord est complètement antinomique avec nos ambitions affichées et, surtout, avec la réalité de ce qu’il faut faire. Le libre-échange est à l’origine de toutes les problématiques écologiques. L’amplifier ne fait qu’aggraver la situation. » Nicolas Hulot sur l’accord du Mercosur (Europe-Amérique Latine).

«Nous passons un accord avec M. Bolsonaro du Brésil. Faire parcourir des milliers de km à un morceau de bœuf pour qu’il soit consommé dans un pays qui en produit, n’est-ce pas franchement stupide?» Christian Bourdin, BFMTV question posée à Sylvette Ndiaye, porte-parole du gouvernement français.

«Le Président Trump se soucie de l’environnement. Les États-Unis livrent leurs produits partout dans le monde, qu’il s’agisse de gaz naturel liquéfié, de technologies renouvelables, d’énergie nucléaire. Ils sont utilisés dans le monde entier. Nous déplaçons littéralement des tonnes et des tonnes de gaz polluants et d'émissions de CO2 de charbon en Europe et nous les remplaçons par du gaz naturel propre.» Rick Perry, Directeur du départment de l’environnement US.


Pensée: La révolution est-elle possible? Qu’est-ce que la révolution pour les consommateurs puisque nous en sommes tous devenus? Nous ne sommes plus des citoyens, mais des consommateurs. Les consommateurs peuvent-ils se rebeller? Créer du changement social? Les consommateurs sont-ils des victimes, des prisonniers des entités qui leur fabriquent des choses ?

 

Sources: avec Tom Whipple d'ASPO USA et Resilience.org  et l'humour des chroniques matinales de Thomas Veuillet Investir.ch et toutes les informations diverses et variées, récoltées dans différents médias à travers le monde.