Publié le .

View Comments

Gaz et Pétrole de Schiste: News Mars 2014

Les forages de schiste sont bien plus que du pétrole et gaz, des tremblements de terre et de la chimie. Dans cette édition mensuelle du Gaz et Pétrole de schiste, vous trouvez:
- France: la campagne des lobby débute en force   
- USA: baisse de la production durant un hiver rigoureux
- Canada: une étude pour étudier l'impact sur l'eau
- Australie: une méthode encore plus dangereuse pour l'environnement
- Europe: go pour les forages de schiste

AIE (Agence Internationale de l'Energie)

Selon l'Agence Internationale de l'Energie, pour que les USA deviennent "indépendant" énergétiquement en 2035, les USA devraient forer 45'000 puits par an (1 puits toutes les 12 minutes) jusqu'en 2035.

Aux USA depuis 2011, 40'000 forages ont été effectués et à 75% dans des lieux dont l'eau n'est pas chose courante et à 55% dans des régions qui subissent une sécheresse. L'eau joue le rôle principal car chaque forage englouti 15'000 m2 d'eau ce qui représente plus de 350 milliards de litres en 3 ans.

Mais si ce concept est soutenu par Barak Obama, les habitants des régions concernées tirent un peu plus la langue et font entendre leurs voix. La réduction de la consommation d'eau est une nécessité indispensable pour continuer les forages.

 

USA

Dans les arguments présentés par les producteurs, le pétrole de schiste va augmenter l'indépendance américaine et baisser les prix de l'énergie pour le plus grand bonheur des automobilistes. A la pompe, l'essence tourne toujours autours de 4$ le gallon et les prix sont plus où moins stables depuis 3 ans.

Débuté au milieu des années 2000, 70'000 forages de schiste sont actuellement répertoriés aux USA pour une production de 2 millions de barils par jour. La durée de vie moyenne d'un forage est de 6 ans. Après 1 année, le 80% de l'énergie d'un puit a été exploitée.

Le champ d'Eagle Ford au Texas pourrait extraire 1,5 million de barils/jour en 2015  (consommation américaine : 19 millions b/j).

Les raffineries américaines ne sont pas équipées pour raffiner le crude qui provient des forages de schsite. Beaucoup plus léger et inflammable, il nécessite un traitement particulier. Les raffineries tentent d'adapter leurs outils de production en fonction de ce changement.

 

France

Le lobby pétrolier a lancé une grande campagne de communication avec comme tête de pont l'économie et la politique. La stratégie mise en place est identique à celle utilisée avec succès en Angleterre et en Pologne. Voici des extraits:

«La fracturation telle que pratiquée aujourd'hui n'est pas une technique sale», a déclaré Jean-Louis Schilansky, le président de l'Union française des industries pétrolières. «Aujourd'hui, il y a 112 permis bloqués, d'entreprises essentiellement étrangères qui ont fait des demandes auprès de l'administration française».  «C'est une situation grave non seulement pour l'industrie française, mais aussi pour le message qui est envoyé à l'étranger. (...) Il ne faut pas s'étonner si les investissements étrangers en France ont baissé». 
Et bien tout y est: emploi, propre, argent, croissance: ce serait vraiment ballot de ne pas y aller!

François Hollande a affirmé lors de son voyage à Washington que le gouvernement recherchait à chercher "des technologies autres que la fracturation hydraulique pour l'exploitation des gaz de schiste en France". 

Cette annonce survient quelques jours après une déclaration similaire sur RTL du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, candidat plus ou moins déclaré à Matignon, en faveur de "recherches pour savoir s’il y a une autre possibilité d’exploiter le gaz de schiste". Rappelons que cette position est défendue depuis le début du mandat de François Hollande par Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif et particulièrement à l'écoute des industriels du secteur.

Selon le Canard Enchaîné, Arnaud Montebourg serait prêt à publier un rapport après les municipales (les sondages donnant les français en majorité méfiants) sur une nouvelle technique alternative d’extraction du gaz de schiste. 
Cette technique, à base de fluoropropane (NFP) a l’avantage par rapport à celle du propane de ne pas créer de risque d’inflammation alors qu’en outre le procédé n’utilise ni eau, ni produits chimiques. Même si ce produit n’a jamais été  jamais testé en conditions réelles, il présente les mêmes avantages que le propane qui lui est inflammable, ce qui «supprime à 100% les risques industriels», selon le rapport publié en novembre par l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opesct).

 

Canada

L'Institut de l'énergie du Nouveau-Brunswick va investir plus de 500 000 $ dans une étude sur les eaux souterraines afin d'évaluer les répercussions possibles du développement des gaz de schiste sur la qualité de l'eau des puits des particuliers.

 

Australie

Gazification de Charbon Minier  (Underground Coal Gasification (UCG)

Si vous pensiez que les forages de schistes sont une catastrophe écologique et bien vous n'avez encore rien vu. Des petits malins australiens désirent perfectionner un système afin d'exploiter les mines de charbon devenues inexploitables. Le concept est d'y mettre le feu, de collecter les gaz et de créer de l'électricité. Déjà en fonction depuis 50 ans en Ouzbekistan, nos amis australiens aimeraient étendre cette technique à la Chine et en Australie.

Une suggestion: achetez des actions de Nestlé car ce processus va booster les ventes de glaces pour nos enfants. Il faudra bien trouver un moyen pour les refroidir quand notre planète aura quelques degrés de plus!

 

Europe

La Commission européenne a adopté, mercredi 22 janvier 2014, une recommandation qui laisse la voie libre à l'exploitation du gaz de schiste en Europe à condition de respecter des « principes communs », notamment sanitaires et environnementaux.

 

Imprimer