AddThis Social Bookmark Button

Muhleberg: Revers pour le Nucléaire Suisse

Les habitants du Canton de Vaud, Suisse, ont décidé de refuser la prolongation illimitée de l'autorisation d'exploitation de la centrale nucléaire de Mühleberg dans le canton de Berne, Suisse. Le taux de participation a atteint 51%.

Une majorité de 64% des votants ont infligé une claque au Conseil d'Etat vaudois et le lobby nucléaire favorable à une utilisation illimitée de la centrale alors qu’elle présente de sérieuses fissures dans son manteau.

Au cœur de la controverse, la jupe du cœur du réacteur présente des fissures conséquentes. L'acier du manteau du réacteur comporte des fissures de plus de 3,5 mètres de long. Suite à un défaut identique dans des bâtiments de conception similaire, la centrale de Würgassen, Allemagne et l'unité 1 de la centrale de Millstone, États-Unis avaient été démantelées.

Les Energies Renouvelables peuvent-elles remplacer cette centrale?

Les opposants à la Centrale avaient souligné que la production cumulée des projets d'énergie renouvelable admis à la rétribution à prix coûtant en 2009 s'élèvera en effet à 4,6 TWh/ an soit presque deux fois la production de Mühleberg, excluant toute pénurie électrique due à sa fermeture.

Ce scrutin n'avait toutefois qu'une valeur consultative.

Ce résultat "sans appel" n'a cependant par d'effet contraignant sur le Département fédéral de l'énergie (DETEC), seul compétent pour décider.

Cette requête impliquait une consultation des cantons concernés par le Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC).

Les cantons de Neuchâtel et Fribourg avaient déjà dit non, tandis que Soleure et Berne s’étaient dits favorables à une prolongation.

Dans le canton de Vaud toutefois, toute question relative au nucléaire est soumise à référendum obligatoire. Le Grand Conseil recommandait de voter non, rappelant notamment que l'enveloppe de la centrale est fissurée et qualifiant le risque de pénurie énergétique peu réaliste. Les partis de droite optaient pour le oui, tandis que la gauche et les Verts étaient opposés à une prolongation.

La Centrale de Mühleberg

La centrale nucléaire de Mühleberg se trouve à quelque 14 km de la capitale Suisse: Berne. La centrale occupe 300 travailleurs.

Une campagne de Pub richement dotée

Conscient de l’importance de ce vote, le lobby du Nucléaire Suisse a dépensé une somme évaluée à un demi million de francs suisse pour convaincre le peuple vaudois.

Les arguments de pénurie d’électricité et la perte d’emplois ont été privilégiés bien que la centrale n'occupe que 300 employés.

Mais fait nouveau, c’est sur la vague verte que le nucléaire a surfé. Un visuel très «nature» avec des oiseaux, écureuils, et la lutte contre le réchauffement climatique auraient dû émouvoir le coeur des vaudois. Cette stratégie pourrait être utilisée encore plus fortement dans le future.

A l’opposé, les opposants, avec un budget bien moindre, ont présenté le caractère vétuste de la centrale avec des risques pour la population soulignant que les projets actuels des énergies renouvelables remplacent avantageusement la production de la centrale.

L'impasse des déchets nucléaires est également une épine dans le pied du nucléaire. A ce jour, aucun site n'a été trouvé pour la Suisse. Par le passé, la Suisse a largué ses déchets en haute-mer devenant le deuxième pays au monde par la quantité de déchets ainsi abandonnée dans les eaux internationales.

Prochaine votation en 2013?

Cette première victoire des "pro-énergies renouvelables" face au "pro-nucléaire" annonce une bataille très intéressante face aux projets de 3 nouvelles centrales nucléaires sur le sol Suisse. EDF présent sur le marché Suisse via sa participation dans ALPIQ espère pouvoir vendre son nouveau système EPR.

Le peuple Suisse pourrait avoir à se prononcer sur cette question d’ici à 2013.

Affiche des opposants à Mühleberg