AddThis Social Bookmark Button

Anne Lauvergeon reste à la tête d'AREVA

Alors que les rumeurs annonçaient le départ d'Anne Lauvergeon, par Pascale Sourisse, directrice générale adjointe de Thalès, le président Nicolas Sarkozy aurait décidé de maintenir Madame Lauvergeon à son poste de présidente d'Areva.

Des rumeurs de presse avaient régulièrement évoqué son départ alors que son mandat expire en juin 2011, notamment au moment de l'échec fin décembre 2010 à décrocher un contrat géant de 20 milliards de dollars à Abou Dhabi et de la venue d'Henri Proglio nouveau PDG d'EDF.

Née le 2 août 1959 à Dijon, Anne Lauvergeon est un pure produit de l'Ecole des Mines. A 30 ans, elle entre à l'Elysée en tant que chargée de mission pour l'économie internationale. Sous François Mitterrand, elle devient la secrétaire général ajoint de l'Elysée et représentante personnelle du président lors des sommets internationaux.

Avec l'élection de Jacques Chirac en 1995, Mme Lauvergeon retourne au privé, d'abord chez Lazard Frères à New York, puis en tant que directrice générale adjointe d'Alcatel Télécom. En 1999, alors que la gauche française revient au pouvoir, elle se voit confier un poste de numéro 1, à la Cogema.

En fusionnant Framatome et la Cogema en 2001, Anne Lauvergeon crée un des leader mondial du nucléaire, présent sur tout le cycle, de la mine d'uranium au retraitement des déchets nucléaires, en passant par la construction de centrales.

Aujourd'hui AREVA est dans une position incomfortable

Areva est handicapé par le retard pris par ses chantiers de construction de l'EPR qui vont lui coûter cher. En Finlande, la construction de la nouvelle centrale, qui pourrait être retardée au delà de juin 2012 se chiffre déjà à un surcoût de 2,3 milliards d'euros. A Flamanville, le chantier EDF/Areva a aussi pris du retard ainsi qu'une augmentation de 20% des coûts de constructions.

La dette de l'entreprise dépasse les 4,5 milliards d'Euro.

Les trop puissantes centrales atomiques proposées par AREVA lui avait fait perdre un juteux marché de 40 milliards de dollards aux Emirats Arabes Unis face au consortium sud-coréen Kepco associé à Hyundai. Les espoirs d'Areva reposent sur la Chine, le Brésil et l'Inde pour exporter sa technologie.

 

Sur le même sujet:

AREVA: Anne Lauvergeon bientôt remplacée par Pascale Sourisse? (25 fév 2010)

EDF-Areva: La Guerre des Chefs

Le Salaire du PDG d'EDF: l'Arme explosive d'Areva

AREVA perd contre Kepco aux Emirats Arabes Unis

EDF-AREVA: les coûts augmentent encore pour ses EPR

Areva, Bénéfice en chute libre

Comprendre le Nucléaire

AddThis Social Bookmark Button
Situation de l'Uranium dans le Monde{ Dim lights }Par Michael Dittmar

Nucléaire: Hinkley Point

AddThis Social Bookmark Button
Décryptage de l'accord{ Dim lights }Par Laurent Horvath

Nucleaire Prix