AddThis Social Bookmark Button

Kazakhstan: Uranium et Pétrole dans de nouvelles mains

Le Fonds Samrouk-Kazyna, qui regroupent les entreprises publiques du Kazakhstan, ancienne république d’URSS riche en ressources naturelles comme le pétrole et l'uranium a annoncé, ce mardi 2 juin 09, un audit de tous les accords signés avec les sociétés étrangères et de l’Etat.

Le feu aux poudres serait venu d’un scandale lors de la vente des mines d’uranium du pays à des sociétés internationales.

Le KNB (services de sécurité kazakhs) ont accusé lundi l'ex-patron de la société nucléaire Kazatomprom, Moukhtar Djakichev, de s'être approprié 60% des mines d'uranium du pays pour plusieurs milliards de dollars.
La direction du Fonds a décidé de mener des vérifications d'ensemble dans ses filiales afin de prendre des mesures pour défendre les intérêts de l'Etat ", a annoncé Samrouk-Kazyna.

Dans le collimateur se trouve la société Kazmunaïgaz (monopole kazakh des hydrocarbures) qui a conclu de nombreux accords avec des entreprises énergétiques internationales comme Total (France), Eni (Italie), ou Chevron (USA).

Le nucléaire Kazatomprom dispose d'accord avec le français Areva. Le Kazakhstan représente le 20% des réserves mondiales d'uranium et pourrait devenir le leader mondial dès l’année prochaine.

Changement de Gouvernement et Cadeaux de Bienvenue

Les experts internationaux expliquent cette manœuvre par le changement au sein de l'élite kazakhe de cette ex-république soviétique dirigée depuis l'époque de l'URSS par Noursoultan Nazarbaïev. Bien que tous les contrats signés devraient rester en vigueur, il semble que ce tapage médiatique de grande envergure pourrait avoir pour but de mettre la pression sur les entreprises internationales.

La nouvelle élite vient d'annoncer de manière subtile mais très claire aux géants internationaux qu'une augmentation substantielle de «dons et de cadeaux supplémentaires» seraient la bienvenue pour débuter une nouvelle et fructueuse collaboration.

Faire place nette

M. Djakichev n'est pas le seul haut responsable sur la sellette. L'ex-patron de la banque kazakhe BTA, Moukhtar Abliazov est en fuite après avoir été accusé notamment en mars 09 de blanchiment d'argent.
Selon le KNB, ce dernier aurait aidé M. Djakichev à monter le réseau de sociétés offshore à travers lequel il aurait pris le contrôle de 200.000 tonnes d'uranium.

Les détracteurs du régime kazakh s'étonnent que ce scandale concernant une marchandise aussi sensible et contrôlée que l'uranium n'a pas été découvert plus tôt, et estiment dès lors qu'il s'agit d'un règlement de compte politique. D'autant que M. Djakichev était un proche de Rakhat Aliev, l'ex-gendre du président kazakh en fuite à l'étranger et qui a été condamné par contumace à 40 ans de prison pour meurtre et tentative de coup d'Etat en 2008.

L'instabilité du Kazahkstan pourrait être une source de maux de tête pour bien des dirigeants d'entreprises pétrolières et nucléaires internationales.

Lire aussi sur le même sujet: Pétrole: après la Russie, La Chine achète le Kazakhstan

Comprendre le Nucléaire

AddThis Social Bookmark Button
Situation de l'Uranium dans le Monde{ Dim lights }Par Michael Dittmar

Nucléaire: Hinkley Point

AddThis Social Bookmark Button
Décryptage de l'accord{ Dim lights }Par Laurent Horvath

Nucleaire Prix