• 1

La Bulle financière du Schiste américain est en train d'exploser

Cette débâcle est certes due à la baisse des cours sur les marchés pétroliers, mais également aux centaines de milliards $ déversé par Wall Street via le Quantitative Easing de la Réserve Fédérale Américaines couplé avec des intérêts proche du taux zéros et l’implication des banques d’affaires américaines et européennes. Ce déversement de liquidité a créé une bulle financière sur le fracking qui vole aujourd’hui en éclat.

Comme dans toutes les bulles spéculatives, beaucoup de personnes sont entrées dans ce business sans en comprendre les mécanismes. Les entreprises ont réussi à lever des sommes astronomiques de dollars alors qu’aucun des fondamentaux n’était respecté. Les Banques et les grandes institutions financières comme UBS (Union de Banques Suisses), Crédit Suisse pour ne citer que les deux champions helvètes se sont immédiatement engouffrés dans la brèche. Alors qu’elles devraient être en première ligne pour subir ce revers, elles ont réussi en grande partie à se dégager de ces actifs pourris en les diluants notamment à dose homéopathique dans leurs produits revendu à leurs myriades d’investisseurs ou en blanchissant les actions invendables aux grandes institutions financières comme les Banques Centrales.

 

At the same time, major banks around the world are receiving word from Saudi fund managers to liquidate all their managed accounts. One fund manager with exposures in Japan worries that much of the selling pressure on Japanese shares comes from Riyadh, as weak oil prices wreak havoc on Saudi budgets.

 

La révolution du gaz et pétrole de schiste américain de 2009-2015 a été conduite par des petites et moyennes entreprises qui ont financé leur croissance par des emprunts. Elles ont vendu pour 240 milliards $ des obligations et aujourd'hui, elles s'écroulent sous leurs dettes d'autant que peut d'entreprises sont profitables au-dessous de 50$ le baril.

Au global, les pétroliers ont investi 539 milliards de dollars en 2015. Un recul de 21,1 % par rapport à 2014. Les zones les plus touchées sont l’Amérique du Nord avec -35 % et l’Europe avec -34 %. Seul le Moyen-Orient a continué à voir ses investissements croître de 3 %, en particulier grâce au Koweït et à Oman.



La révolution de schiste ne peut pas être tué: les percées technologiques qui ont rendu possible ne peuvent pas être désappris. la production de pétrole des États-Unis peut être prévu de faire un retour lorsque les prix rebondissent. Mais les compagnies pétrolières schiste ont vécu dans un âge de l'innocence: l'industrie n'a jamais vu un ralentissement. Plus maintenant.

Mais les investisseurs qui ont été attirés par cette promesse en prenant des engagements téméraires vont perdre beaucoup d'argent, et qui va avoir des effets durables, aussi.

L'effet de cela est de remettre en cause le modèle d'affaires ensemble qui a fait le boom pétrolier des États-Unis de schiste possible. production de pétrole brut des États-Unis est passé de 5,1 millions de barils par jour au début de 2009 à 9,7 M b / j en Avril l'année dernière, une hausse qui a peu d'équivalents dans l'histoire de l'industrie. Ceci est en partie en raison des progrès dans les techniques de fracturation hydraulique et le forage horizontal, mais aussi en raison de la facilité d'accès aux financements.

Les petites et moyennes entreprises qui ont mené la révolution de schiste soulevées 113bn $ de la vente d'actions et 241bn $ de la vente d'obligations au cours de 2007-15, selon Dealogic.  $113bn from selling shares and $241bn from selling bonds during 2007-15,
http://www.dealogic.com/

La dette des 60 plus grandes entreprises américaines pétrolières ont bondi de 100 milliards en 2006 à 206 milliards $.

the US Federal Reserve’s near-zero interest rate policy, which started from late 2008, “overstimulated debt-driven investment in energy supply

Private capital funds raised $57bn last year to invest in energy,

Cependant, il y a des raisons de croire que les taux de croissance observés dans le premier boom de schiste ne sera pas de retour pour une longue période.
Premièrement, certains dommages à long terme aura été fait pour l'infrastructure de l'industrie et de sa base de compétences. L'industrie pétrolière et gazière américaine a perdu 86.000 emplois au cours de la dernière année, environ 16 pour cent de sa main-d'œuvre, et beaucoup de ces personnes ne reviendra jamais. Lorsque l'industrie ne veut se développer à nouveau, il devra offrir des salaires et la formation attractifs, ce qui augmenterait les coûts.
Deuxièmement, l'industrie aura appris une leçon coûteuse pour les investisseurs au sujet de la nature cyclique inhérente des industries de commodité. "Les prêteurs ne peut pas revenir comme ils le faisaient auparavant», explique Allen Gilmer de Drillinginfo, une firme d'analyse de données. "L'hypothèse était alors qu'il n'y avait pas ce genre de risque à la baisse pour les créanciers. Maintenant que le risque doit être pris en compte ".
Cela signifie que le financement est susceptible d'être plus coûteux et plus difficiles à trouver.

 

Société Générale and BNP Paribas, Total et GDF Suez,
Les grandes institutions financières françaises – BNP Paribas, Société générale, Amundi, Axa et Crédit agricole – non seulement financent toutes sans exception des entreprises actives dans le gaz de schiste, mais elles figurent aussi souvent parmi les plus impliquées dans le secteur, aux côtés de banques telles que Citi ou UBS.

JPMorgan, Citigroup, Bank of America, and JPMorgan

Rabobank s’est engagée à « ne plus fournir d’argent qui serait utilisée pour extraire des combustibles fossiles non-conventionnels [gaz de schiste et sables bitumineux] ». ING, 


http://www.zerohedge.com/news/2016-01-05/next-default-wave-banks-have-quietly-shrunk-these-25-energy-companies-credit-facilit

Comment les banques refinancement le schiste
http://www.bloomberg.com/news/articles/2015-10-15/playing-pass-the-risk-in-the-shale-patch

 

http://www.bloomberg.com/news/articles/2015-10-15/playing-pass-the-risk-in-the-shale-patch

 

 

BHP Billiton, Ltd. (BHP)    
Hess Corp. (HES)    
Apache Corp. (APA)    
CONSOL Energy, Inc. (CNX)    
Noble Energy, Inc. (NBL)    
Southwestern Energy Co. (SWN)    
Anadarko Petroleum Corp. (APC)
QEP Resources, Inc. (QEP)    
EQT Corp. (EQT)    14    16
ConocoPhillips Corp. (COP)    
Range Resources Corp. (RRC)    
Royal Dutch Shell plc (RDS)    
Occidental Petroleum Corp. (OXY)    
Penn Virginia Corp. (PVA)    
BP plc (BP)    
Cabot Oil & Gas Corp. (COG)
Encana Corp. (ECA)    
EOG Resources, Inc. (EOG)    
Devon Energy Corp. (DVN)
Exco Resources, Inc.(XCO)    
Newfield Exploration Co. (NFX)    
Chesapeake Energy Corp. (CHK)    
Chevron Corp. (CVX)    
Exxon Mobil Corp. (XOM)
Pioneer Natural Resources** (PXD)    
Ultra Petroleum Corp. (UPL)
WPX Energy, Inc. (WPX)    
Continental Resources, Inc. (CLR)    
Whiting Petroleum Corp. (WLL)    
Carrizo Oil & Gas, Inc. (CRZO)

Notre Mission

La géopolitique énergétique, l'accessibilité des énergies et le climat vont modifier nos vies, nos régions, nos pays dans les années à venir. Entrer dans les coulisses pour mieux comprendre ces enjeux et vous faciliter les décisions.

Mise à Jour

Pour répondre aux nouvelles technologies et à la forte croissance du nombre de lecteurs, le site 2000Watts.org est en train d'être migré sur PicEnergie.org. Les 1'305 articles publiés depuis 2008 sont manuellement transférés. D'ici à quelques mois, vous pourrez surfer à l'identique sur les deux sites.

Contact

PicEnenergie 2000Watts.org
Chatel-St-Denis, Suisse

+41 77 430 6066
LaurentH (at)2000Watts.org
Pétrole Peak Oil
Laurent Horvath
2000Watts_org