AddThis Social Bookmark Button

Pétrole: La récession va venir, mais pas maintenant

Par Jeff Rubin. - Il y aura encore beaucoup d’agitations dans les marchés des matières premières avant la prochaine récession mondiale. Les ventes astronomiques et à large échelle de la semaine dernière, qui ont fait plonger le pétrole de plus de 10$ le baril, en sont un exemple.  Il ne fait aucun doute que, malgré la rareté de cette matière première, les prix du pétrole vont chuter lors de la prochaine contraction de l’économie mondiale. peakoil

Est-ce que cette période nous menace-t-elle déjà?

Si les autorités monétaires chinoises et indiennes continuent d’augmenter leurs taux d'intérêt, au rythme qui est le leur ces derniers temps, la prochaine récession mondiale n’est peut-être pas très loin. Si les choses se gâtent, les dirigeants politiques de ces banques centrales pourraient bientôt tempérer leur enthousiasme afin de juguler leur inflation.

 

Pourquoi la Banque Populaire de Chine devrait-elle se soucier de l'inflation?

Alors que la Réserve Fédérale Américaine, qui utilise intensivement la planche à billets, ne se soucie pas de l'inflation, pourquoi la Banque Populaire de Chine devrait-elle s’en soucier?  peakoil
Comparez le revenu par habitant entre les États-Unis et la Chine. Il n'est pas trop difficile de comprendre lequel de ces deux pays a le plus besoin d’augmenter sa croissance économique et, par conséquent, est le plus enclins à faire des compromis contre l'inflation.

La Chine possède plusieurs stratégies pour au moins donner l’impression qu’elle contrôle son inflation. L’un des moyens serait de réduire la pondération des prix alimentaires et énergétiques dans le calcul de l'indice des prix à la consommation. Tant que son taux d'inflation reste en dessous de 5%, les marchés ne seront pas trop regardant sur ce qui est vraiment mesuré.

Une autre manière de garder son inflation à distance serait, pour la Banque Chinoise, de renoncer aux ventes aux enchères du Trésor américain. Une augmentation du Yuan, et donc une diminution des prix à l'importation, pourrait fournir une compensation partielle à la pression sur les prix domestiques qui a conduit à la récente grève des camionneurs de Shanghai.

Bien sûr, il pourrait y avoir d'autres raisons pour que le marché des matières premières baisse à l'avenir. Mais ne perdez pas de vue la forêt qui se cache derrière l’arbre.  Peu importe la baisse des prix du pétrole ou d'autres matière essentielles tels que le cuivre et les céréales, regardez les paramètres dans lesquels ils évoluent actuellement. Le prix du pétrole du WTI (West Texas Intermediate) est à peine passé sous la barre des 100 dollars le baril.  Et le Brent de la mer du Nord n’est pas passé sous le seuil d’un prix à 3 chiffres.

 

Il y a 5 ans, ces prix auraient représenté des sommets sans précédent

Comme les objectifs ont évolué ! Il ya cinq ans, ces prix auraient représenté des sommets sans précédent. La semaine dernière, les manchettes des journaux ont indiqué, pour ce même montant, la chute des prix du pétrole.

Cependant, ce qui n'a pas changé, c'est la relation intrinsèque entre le pétrole et la croissance économique. Diminuez les perspectives de la  croissance économique et tout naturellement vous baissez la tendance sur les prix du pétrole.

Tout cela parce si nous ne consommons plus de pétrole, il n'y a pas de croissance économique.

Ecrit, en anglais, par Jeff Rubin
Traduction par Laurent Horvath, 2000Watts.org. Avec l'autorisation de Jeff Rubin  (Le Blog de Jeff Rubin et la version anglaise ici)

Retrouvez tous les jeudis la Chronique de Jeff Rubin sur 2000Watts.org


blog comments powered by Disqus